August 7, 2020

SNPM

National Service for the Pastoral Care of Migrants

Walkabout the conference grounds of the Global compact on Migration Main Entrance to the blue zone site of the conference

Pourquoi les étrangers immigrent-ils?

Cet article montre à quel point l’immigration a changé après 2001. Combien de demandeurs d’asile, d’étudiants, etc. sont venus dans notre pays qui n’ont pas la nationalité néerlandaise de pays non occidentaux. L’une des conclusions est que c’est la forte diminution des migrations d’asile en provenance des pays molsim qui a provoqué une baisse significative du nombre d’immigrants en provenance de pays non occidentaux.
Il existe également une version abrégée de cet article
Il s’agit de la troisième partie sur la 1ère génération d’immigrants non occidentaux (1NWA) 1) Partie 1 trou sur la composition de la population et partie 2 sur le nombre de migrants. Ci-dessous, une autre partie sur le rapport Nyfer (frais d’immigration).

préface

1. Immigration totale par nationalité
2. Raisons d’immigration 1NWA de 1996.
3. Périodes comparées: avant et à partir de 2002.
4. Afrique, Amérique latine et Asie.
5. Maroc, Suriname et Turquie
6. Pays musulmans non occidentaux et autres
Conclusion

introduction
Pourquoi des étrangers de pays non occidentaux viennent-ils dans notre pays? De quel pays? Obtiennent-ils un permis de séjour? Qu’apportent-ils en termes d’éducation, d’expérience? Combien de temps restent-ils ici? Et vous pouvez donc poser des questions plus importantes. On pourrait penser que des rapports peuvent être trouvés sur ces questions. Bon travail de recherche qui fournit des réponses à des questions qui constituent une partie importante du débat public. Faux: presque tous les rapports concernent les groupes déjà présents. Pas pour les nouveaux arrivants. Vous ne trouverez presque rien à ce sujet dans la statistique de Statistics Netherlands, qui contient pas moins de 2500 tableaux. Le seul tableau sur la durée de séjour de certains immigrants immigrants ne contient aucune correction administrative et vous n’avez donc rien. Il n’y a pas de réponse à une question fondamentale et essentielle telle que: combien de personnes qui immigrent avec un passeport non occidental obtiennent un permis de séjour. Nous ne savons pas. Non pas que la question, je suppose, ne soit pas facile à répondre, mais la question n’a jamais été posée. Ce qui inquiète les politiciens (et la presse), ce sont les chiffres de l’IND sur le nombre de candidatures, mais une personne peut soumettre plusieurs (différentes) candidatures. Il y a aussi des demandes de personnes qui ont déjà un permis de séjour. De plus, il ne dit rien sur l’octroi du permis de séjour. De plus, il y a aussi des demandes de bébés nés ici (article Pas d’immigrants du tout! Bref, la politique se préoccupe des informations sur lesquelles on ne peut pas fonder une politique. Le PVV prend du poids depuis 6 ans maintenant. D’abord les gros chiffres:

1. Toute immigration par nationalité
Le tableau CBS qui est le plus proche de répondre à certaines des questions importantes concerne l’immigration. D’abord les chiffres:

Le tableau des raisons de l’immigration concerne les étrangers, mais j’ai ajouté les Néerlandais d’un autre tableau. Les Néerlandais peuvent naître n’importe où et probablement plus de la moitié – en 2009 – sont des Néerlandais natifs, 1/6 d’immigrants de deuxième génération et presque 1/3 de 1re génération d’immigrants, dont la majorité a immigré à nouveau. Les étrangers dans le tableau sont regroupés par pays de naissance. Pourquoi ce graphique est-il important maintenant? La nationalité est très importante si vous voulez faire une politique d’immigration. Vous pouvez distinguer les immigrants – par exemple 146 000 en 2009 – en trois groupes principaux: les Néerlandais, les ressortissants de l’UE et les ressortissants de pays tiers. Bien sûr, vous n’avez rien à voir avec les Néerlandais en tant que gouvernement dans le contexte de l’immigration. Peu avec les ressortissants de l’UE: leur position juridique est solide. Si vous n’en voulez pas plus, le PVV est le seul à tirer la bonne conclusion: quitter l’UE. Reste en 2009: 54 000 personnes qui immigrent et qui ont besoin d’un permis de séjour. Il s’agit d’un groupe très diversifié: de l’enfant chinois adopté à un soldat américain de l’OTAN. D’un réfugié somalien à un étudiant brésilien et à une épouse migrante russe. Il est donc également vrai que ces 54 000 ressortissants de pays tiers de 2009 sont regroupés par pays de naissance et non par nationalité. Sur ces 54 000, 4 000 (presque tous nés dans un pays non occidental) ont immigré avec une nationalité de l’UE.

Environ 50 000 immigrants restent recensés par Statistics Netherlands en provenance de pays tiers (qui ont donc besoin d’un permis de séjour). Tout le monde n’a pas de permis de séjour maintenant. Pas environ 3-4 000. Leers a donc délivré pour la première fois en 2009 environ 46 à 47 000 immigrants en provenance de pays tiers, dont +/- 36 à 37 000 à des ressortissants non occidentaux. De ces 36 à 37 000, j’aurais aimé en savoir beaucoup plus. Malheureusement – et encore assez étrangement – ces informations ne sont pas disponibles. Il faut se débrouiller et regarder les 43 000 (2009) non-néerlandais nés dans un pays non occidental et garder à l’esprit que 15% d’entre eux n’ont pas reçu de titre de séjour (3 000 refusés) ou n’en ont pas besoin (passeport européen) 4.000)
Comme dans les parties I et II, je fais une distinction entre les continents d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, les trois principaux pays d’origine non occidentaux: le Suriname, la Turquie et le Maroc. Pas les Antilles car seuls les Néerlandais viennent de là, mais les pays musulmans 2) et d’autres nationalités.

2. Raisons d’immigration 1NWA de 1996

Les statistiques de CBS diffèrent encore plus que celles de l’IND. Statistics Netherlands a mis fin au regroupement familial des demandeurs d’asile (appelés nareis) dans le cadre de la migration familiale et de la soi-disant europaroute. À l’IND, ceux-ci sont placés avec resp. asile et autres.

Une très forte diminution du nombre de demandeurs d’asile (article), une diminution un peu plus faible de la migration familiale. Nous constatons également une forte augmentation du nombre de travailleurs migrants après 2004 (programme pour les migrants hautement qualifiés), avec une nouvelle baisse en 2009. Le nombre d’étudiants a également augmenté de façon spectaculaire. Également une autre période et c’est principalement parce qu’il y a eu plus de filles au pair.

l’immigration reste la migration familiale, bien qu’elle ait quelque peu diminué. Plus que la réduction de moitié de l’asile. L’autre part a fortement augmenté. On voit que la part des étudiants a triplé et cela vaut également pour le facteur travail.
Retour à la table des matières

3. Périodes comparées: avant et à partir de 2002
Comme dans les parties I et II, j’ai divisé la période en deux groupes: avant 2002 et à partir de 2002:

Nous voyons que l’immigration 1NWA a diminué de 20%. Le nombre de demandeurs d’asile a diminué de 2/3 et une augmentation des travailleurs migrants, notamment des migrants hautement qualifiés, des étudiants et autres. Les demandeurs d’asile ne représentaient que 16% du total au cours des 9 dernières années. Gardez à l’esprit que de nombreux demandeurs d’asile sont finalement rejetés et que la migration familiale comprend également les nareis (parents de demandeurs d’asile). Les chiffres de l’IND incluent ces asiles. Le nombre de demandeurs d’asile qui reçoivent un permis de séjour, y compris un voyage de suivi, pourrait alors être le nombre que vous voyez et le nombre de migrations familiales sans voyage de suivi à 14-15 000.

4. Afrique, Amérique latine et Asie

Plus d’immigrants viennent d’Asie (y compris la Turquie) que d’Afrique et d’Amérique latine. En proportion, le nombre d’immigrants en provenance d’Afrique a le plus diminué, mais le nombre de demandeurs d’asile en provenance d’Asie a diminué le plus. Avant 2002, il y avait 8 fois plus de demandeurs d’asile que d’étudiants en provenance d’Asie, ces dernières années, il y avait plus d’étudiants que de demandeurs d’asile. Il en va de même pour les personnes qui viennent ici pour travailler.
Retour à la table des matières

5. Maroc, Suriname et Turquie
Le tableau suivant montre la migration du Maroc, du Suriname et de la Turquie:

L’horloge est violette: la migration familiale est de loin le motif d’immigration le plus important, comme le montre également ce tableau à 100%. Il n’y a pratiquement pas de migration de main-d’œuvre du Maroc et du Suriname. La migration de main-d’œuvre en provenance de Turquie est importante. Cela est dû au développement de la Turquie: des personnes plus instruites et une économie qui se développe rapidement. La migration d’asile est encore très peu en provenance des trois pays, mais ce n’était pas beaucoup. Vous pouvez également voir l’augmentation du nombre d’étudiants de Turquie. Très peu d’étudiants viennent du Maroc. Ils vont en France. Dans cette figure avec des lignes de tendance, j’ai ajouté les trois ensemble.

6. Pays musulmans non occidentaux et autres
Fait intéressant, la différence entre les pays musulmans et les autres pays est également intéressante: la diminution de l’immigration, comme nous l’avons vu dans la figure 4, est supérieure à 100% en raison des immigrants des pays musulmans, parce que l’immigration des autres pays est augmentée. C’est la migration d’asile qui a provoqué le déclin: 10 000 de moins par an en moyenne depuis 2002 et ne représente que 30% de ce qu’elle était auparavant. La migration familiale a également diminué en raison de la baisse du nombre de demandes d’asile. L’asile représente encore 25% de l’immigration dans les pays musulmans et seulement 8% dans les autres pays. Dans les autres pays, un quart des immigrants sont étudiants. J’ai également fait quelques autres graphiques de tendance à partir de 1996 pays non occidentaux oslim,

Conclusion
Le PVV a continué de parler d’immigrants non occidentaux lors des élections de 2010 et au-delà. Il a dû être réduit de 50%. Le nombre total d’immigrants a été constamment discuté. Si nous regardons les chiffres des personnes de nationalité non occidentale qui obtiennent un permis de séjour, par exemple, leur nombre en 2009 n’était que de 36 à 37 000, soit environ 25% du nombre total d’immigrants. Ce n’est pas un hasard si des gens qui étaient conscients du fait qu’une réduction de 50% – sur un total de 56 000 immigrants étrangers non occidentaux – n’étaient pas du tout possibles. Cela a à voir avec les traités internationaux, mais aussi parce que les gens n’avaient pas et n’avaient pas les chiffres d’affilée. Le nombre total d’immigrants qui ont besoin d’un permis de séjour a diminué de 20% – en raison de la diminution du nombre de demandeurs d’asile en provenance des pays musulmans – depuis 2002, mais plus important encore, il y a également eu un changement important des demandeurs d’asile vers les travailleurs migrants et les étudiants. Comme je l’ai déjà montré, l’émigration a également fortement augmenté, notamment pour les moins éduqués. Ces changements signifient que la composition de la population de la population non occidentale change chaque jour: des personnes plus instruites et moins de personnes qui ont moins de chances d’entrer sur le marché du travail. Comme je l’ai déjà montré, l’émigration a également fortement augmenté, notamment pour les moins éduqués. Ces changements signifient que la composition de la population du groupe de population non occidental change chaque jour: des personnes plus instruites et moins de personnes qui ont moins de chances d’entrer sur le marché du travail. Comme je l’ai déjà montré, l’émigration a également fortement augmenté, notamment pour les moins éduqués. Ces changements signifient que la composition de la population de la population non occidentale change chaque jour: des personnes plus instruites et moins de personnes qui ont moins de chances d’entrer sur le marché du travail.
Le «grand danger» est l’immigration en provenance des pays musulmans, disent certains. Il est possible qu’en moyenne, 2 000 des 16 000 aient la nationalité de l’UE et 2 000 ne reçoivent pas de titre de séjour. Bien sûr, le reste en laissera également certains dans un avenir prévisible. Il ne reste pas grand-chose. C’est une bonne chose que le PVV ait shunté et que le pays puisse faire face aux vrais problèmes.